En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences  et vous proposer une navigation optimale.

Sport pour tous, Tous pour le sport !
#LeSportCompte
Nous, sportifs, dirigeants de clubs, bénévoles, passionnés, citoyens :
Demandons que le sport bénéficie de moyens à hauteur de ses apports humains, économiques et sociétaux.
Un cran de plus pour un grand plateau.
 
2018apa 29845793177 6a449ae404 oLa 16ème édition du Tour Cycliste Féminin International de l'Ardèche est classée cette année, pour la 1ère fois depuis sa création, en Elite 2.1.
Le résultat ne se fait pas attendre car la course a été de très haut niveau et même exceptionnelle en rebondissements ce qui a fait déplacer le public en grand nombre sur les routes.
Le cyclisme féminin est l'image du sport et des sportifs comme on les aime, sans tricherie, dans l'effort permanent, dans la persévérance, le courage, la volonté d'aller au bout de soi-même, tout ceci dans l'humilité et la plus grande discrétion.
Certains diront que l'on ne peut pas comparer avec le sport masculin et pour une fois on les rejoints, les hommes n'ont pas toujours ces valeurs fondamentales du sport populaire avec le statut de professionnels.
Le Tour a été une fois de plus de très haut niveau et avec beaucoup de rebondissements.
26 équipes et 144 concurrentes s'élancent pour cette 1ère étape du TCFIA.
Dès le début les attaques fusent, ce qui sera le cas dans toutes les étapes, et la première à porter le maillot de leader sera l'Américaine Alexis RYAN de l'équipe Canyon qui règle le sprint, suivie de la cubaine Arlenis SIERRA de l’équipe Astana et de la canadienne Alison JACKSON de l’équipe Team TIBCO.
2018apa 44719753052 7c77261e9a oPour la 2ème étape, en Ardèche, encore bien animée, c'est le duo de la 1ère étape mais dans le désordre qui s'impose.
La cubaine Arlenis SIERRA remporte l’étape et prend le maillot rose de leader devant l'Américaine Alexis RYAN.
La 3ème étape, toujours en Ardèche, nous fait rentrer dans le vif du sujet avec 2 Grands Prix de la montagne en 1ère catégorie et 1 en 2ème catégorie. Encore une étape mouvementée avec de nombreuses échappées. Déjà la polonaise Katarzyna NIEWIADOMA de l’équipe Canyon et les espagnoles Margarita GARCIA CANELLAS et Eider MERINO CORTAZAR de l’équipe d’Espagne se font remarquer.
C'est l’américaine Ruth WINDER de l’équipe des Etats-Unis qui remporte cette étape et prend le maillot rose devant la polonaise Katarzyna NIEWIADOMA et l’espagnole Margarita GARCIA CANELLAS

  LIRE LA SUITE  (Read more)

Classement au général des française à la fin du tour

21 - N°285 - MUZIC Evita (FDJ)
28 - N°276 - SICOT Marion (Crédit Mutuel)
35 - N°284 - GUILMAN Victorine (FDJ)
41 - N°285 - RICHIOU Greta (FDJ)
50 - N°282 - BRAVARD Charlotte (FDJ)
56 - N°175 - BESSONE Marion  (Servetto)
87 - N°283 - GROSSETETE Maelle (FDJ)
104 - N°273 - STEALENS Bérengère (Crédit Mutuel)
 
Etape 7 - 18 Septembre 2018
8 DSD7610Forza Italia ! à Privas
Aujourd’hui dans la caravane, nous avons été honorés de la présence de Madame Anaïs BOUFFARD, responsable du marketing SKODA qui nous fournit les voitures du Tour, ainsi que Madame Angèle HUGE, championne d’Europe de canoë-kayak.
Cette dernière étape nous a encore réservé quelques belles surprises…
6 échappées dès le premier km, rapidement rattrapées par 9 autres coureuses.
Le groupe de tête est composé de 11 championnes qui, dans la montée vers le col de Fontenelle, ont 40s d’avance sur un autre groupe de 6 concurrentes et 1min sur le peloton des leaders.
Un autre groupe de contre-attaque rejoint les échappées, ce qui porte le nombre à 17 avec 2 min d’avance sur le peloton.
Beaucoup de spectateurs  sur le bord de la route, surtout au col de Fontenelle pour le 1er Grand Prix de la montagne de 1ère catégorie. C’est l’Italienne Erica MAGNALDI de l’équipe Bepink qui remporte ce 1er Grand Prix devant les Belges Sofie DE VUYST et Julie VAN DE VELDE de l’équipe de Belgique.
Ce groupe de tête laisse quelques concurrentes et se retrouve à 14 avec une avance de 4 min sur le peloton, après 45 km de course.
 
Etape 6 - 17 Septembre 2018
6 DSC 9410L’Ethiopie à l’honneur
Le départ est donné à 14h devant la mairie de Savasse, en présence de madame la sénatrice de la Drôme, Marie-Pierre Monier.
Après le passage du premier rush, quelques attaques animent ce début de course sans succès.
L’Ethiopienne Eyeru Tesfoam GEBRU du centre mondial du cyclisme prend rapidement de l’avance et se retrouve avec 1min35 sur ses deux poursuivantes, la Norvégienne Ingrid LORVIK de l’équipe de Norvège et l’Anglaise Alice COBB de l’équipe Team TIBCO, et avec 2min40 sur le peloton.
GEBRU passe en tête au Grand Prix de la montagne du Pas de Lauzon, toujours suivie de LORVIK et de COBB.
Après 40 kms d’échappée, L’Ethiopienne GEBRU compte 1min55 d’avance sur les deux autres concurrentes et 4 min sur le peloton. Au passage du rush de Bourdeaux, la Russe Kseniia DOBRYNINA de l’équipe Servetto rejoint les poursuivantes qui se retrouvent à trois.
L’équipe des Etats-Unis augmente l’allure sous l’impulsion de l’Américaine Tayler WILES pour tenter de revenir sur les échappées ce qui provoque des cassures dans le peloton.
Le groupe intercalé est repris par le peloton au col des Boutieres. L’écart avec l’échappée se réduit.
Le groupe Maillot Rose est à 1min30 et le peloton à 2min.

  LIRE LA SUITE  (Read more)

 
Etape 5 - 16 Septembre 2018
5 DSC 5604La polonaise Katarzyna NIEWIADOMA domine le Mont Lozère.
Le départ réel est donné à 13h. Dès le départ, la russe Kseniia DOBRYNIMA (N°172) de l’équipe Servetto attaque et fausse compagnie au peloton. Au 20ème kilomètre  elle possède 1minute d’avance.
Elle honore son maillot de la combativité obtenu dans l’étape de la veille au Mont Serein et le garde aujourd’hui.
Après le passage du col Sainte Colombe, la russe est reprise par un groupe qui vient de de se détacher du peloton. Elle est vite distancée.
Le groupe est composé de 6 coureuses : La norvégienne Katrine AALERUD (N°21) de l’équipe de Norvège, la belge Sofie DE VUYST (N°32°) de l’équipe de Belgique, l’allemande Kathrin HAMMES (N°102) de l’équipe d’Allemagne, l’américaine Alexis RYAN (N°205) de l’équipe Canyon, la néerlandaise Janneke ENSING (N°115) de l’équipe des Pays-Bas et l’italienne Erica MAGNALDI (N°152) de l’équipe Bepink.
 L’allure est soutenue malgré le relief difficile car la moyenne pour la 1ère heure de course est de 41km/h.
L’avance est de 1min30s et reste stable jusqu’au début de la montée Jalabert. Le début de la montée fait mal aux jambes et elles ne sont plus que 2, l’italienne Erica MAGNALDI (N°152) suivie de la norvégienne Katrine AALERUD (N°21).

  LIRE LA SUITE  (Read more)

 
Etape 4 - 15 Septembre 2018
4 DSC 5477Viva Espana au pied du géant de Provence.
L’espagnole Eider MERINO CORTAZAR(44) de l’équipe d’Espagne s’impose seule au Mont Serein.
Encore une superbe étape où les championnes ont avalé les kilomètres à vive allure et ont animé la course par de nombreuses attaques.
Les 133 concurrentes s’élancent de Châteauneuf-de-Gadagne et se préparent à grimper le géant de Provence.
Dès les premiers kms au passage du 2ème sprint, c’est la russe Kseniia DOBRYNINO (172) de l’équipe Servetto qui passe en tête devant ses 6 autres compagnes d’échappée.
A 60 km de l’arrivée elles ne sont plus que 6 échappées avec jusqu’à 2min 50s d’avance sur le peloton. L’accélération du groupe de tête fait du mal à la française Maëlle GROSSETETE (283) de l’équipe de la Française des jeux qui est lâchée suite à l’augmentation de la pente.
Après le Grand prix de la montagne, le peloton absorbe l’échappée.
Le peloton se retrouve groupé à 35km de l’arrivée.
Attaque de l’anglaise Alice COBB (192) de l’équipe Tibco suivie de l’ukrainienne Olga SHEKEL (66) de l’équipe d’Ukraine qui prennent rapidement de l’avance.
La dernière ascension provoque des cassures et le peloton s’étire.
 

  LIRE LA SUITE  (Read more)

Etape 3 - 14 Septembre 2018
3 DSC 5274Le départ est donné avec un retard de 15 min. Un problème de règlement a retardé ce départ : l’équipe Experza-Footlogix ne prend pas le départ.
La course est centralisée jusqu’au km.5
Le premier rush est remporté par l’allemande Tanja ERATH (206) de l’équipe Canyon.
Le peloton reste groupé malgré le début de l’ascension vers Mézilhac.
A partir du Km.22, l’accélération du peloton provoque de nombreuses cassures et à l’approche du Grand Prix de la Montagne, le peloton s’étire.
Ce Grand Prix de la Montagne 1ère catégorie est remporté par la polonaise Katarzyna NIEWIADOMA (202) de l’équipe Canyon, devant l’espagnole Margarita GARCIA CANELLAS (41)de l’équipe d’Espagne qui repasse en tête au 2ème grand prix de la montagne au col de Montivernoux
Un groupe de 5 concurrentes s’échappe et compte jusqu’à plus de 50 s d’avance sur le peloton qui s’étire de plus en plus.

  LIRE LA SUITE  (Read more)

Etape 2 - 13 Septembre 2018 (Après midi)
2 DSC 4983Le maillot vert Arlenis SIERRA s’impose au sprint à Cruas.
Le départ est donné de Saint- Fortunat- sur -Eyrieux à 15h30.
Les 142 concurrentes s’élancent sur les routes de l’Ardèche pour rejoindre Cruas.
Dès le départ, une première échappée de 12 coureuses anime la course. Au passage à La Voulte, elles comptent 1 min 45s d’avance sur le peloton.
Très vite, la russe Seda KRYLOVA (n°6) de l’équipe de Russie et la française Marjolaine BAZIN (n°271) de l’équipe Crédit Mutuel sont lâchées.
A 25 kms de l’arrivée, les échappées comptent encore 55s d’avance.
Le peloton accélère l’allure et reprend du temps sur les 10 échappées ce qui a pour effet de durcir la course.
 

Etape 1 - 13 Septembre 2018 (matin)

DSC 4849L'Américaine Alexis RYAN ouvre le Bal de la première étape.
144 concurrentes étaient au départ pour cette mise en jambes de la première étape.
Le départ est donné à 9 heures du matin de Saint-Marcel d'Ardèche.
Le peloton reste groupé emmené par l'Autrichienne Sarah RIJKES de l'équipe Experza Footlogix Il y a quelques chutes sans gravité.
Quelques concurrentes  attaquent pour animer cette 1ère étape à quelques kilomètres du départ.
3 échappées : la Belge Julie  VAN DE VELDE, la canadienne Guillian ELLSAY et l’israélienne Miriam BARION comptent 35s d’avance à l'entrée de Cruas.

  LIRE LA SUITE  (Read more)

 

Vidéos de l'étape

nous contacter

ad-banner3
ad-banner3

logo ligue84 (2)

Nos bénévoles à l'honneur

La vrai réussite de ce tour 2018 est résumée dans ces 2 photos.
Bravo à toutes et à tous.

TCFIA une équipe de bénévoles

2018b 44810520261 04fbaf07a3 kLa seizième édition du tour cycliste féminin international de l'Ardèche vient de se terminer dans notre capitale,à PRIVAS,avec la victoire de la polonaise KATARZYNA NIEWADOMA. Un immense succès sportif et populaire dû à un plateau de rêve et à l'engouement de plus en plus fort des spectateurs de nos contrées, venus en grand nombre sur les départs,les arrivées,les cols et les villages traversés.
Bien évidement,ce succès est aussi dû à tous nos partenaires privés,petits ou grands,qui contribuent à l'élaboration de cette belle 
épreuve et en sont les nerfs.
Les régions,que sont AUVERGNE-RHÔNE-ALPES et OCCITANIE,les départements   de la DRÔME,de VAUCLUSE,de LOZERE et bien sûr de l'Ardèche font partie intégrante de cette réussite.
Les municipalités organisatrices de départs et arrivées,leur conseil municipal et leurs agents techniques qui déploient des efforts considérables pour recevoir ces championnes venues des cinq continents et mettent nos territoires en vitrine sont pour beaucoup dans cette réussite.

2018b 43943706234 6292867cec k

Les gendarmeries d'Ardèche,DRÔME,VAUCLUSE et LOZERE,à moto ou à pied qui nous ont fait un formidable travail,à la fois très professionnel et très sympathique,ainsi que la police nationale sont partie intégrante de ce succès.
Mais derrière tout ceci,cette fête,ces paillettes,cette lumière,ces strass,cette vitrine,se cachent dans l'ombre et l'anonymat plus de 1000 petits bras qui oeuvrent sans souci de gloire ou d'argent,ils donnent de leur temps,de leur sueur,de leur porte-monnaie.Ils portent un joli nom ces camarades,ce sont les BENEVOLES.

  LIRE LA SUITE  (Read more)

 

Un salaire pour les petites reines

UN SALAIRE POUR LES PETITES REINES
La Fédération internationale de cyclisme projette d'instaurer un salaire minimum pour les femmes, quinze ans après l'avoir fait pour les hommes. Attention, tendance lourde, par nicolas herbelot
LES CYCLISTES PROFESSIONNELLES (ICI LA CHAMPIONNE DE FRANCE EN TITRE, AUDE BIANNIC) NE BÉNÉFICIENT PAS D'UN REVENU MINIMUM. D'AUTRES SPORTS, COMME LE BASKET AUX ÉTATS-UNIS ONT OUVERT LA VOIE.
La Fédération internationale de cyclisme s'est fixé pour objectif une division Élite d'équipes World Tour comparable à celle des hommes pour 2020, avec notamment la mise en place d'un salaire minimum pour chaque coureuse. Chez les hommes, celui-ci existe depuis quinze ans et a été réévalué cette année à 30839 euros annuels. Pour les femmes, aucun montant n'a encore été évoqué. Usera bas et symbolique au départ, car l'économie de leur discipline (sponsors, télé...) n'est que bourgeonnante. Et dans les autres sports ?
LES FOOTBALLEUSES À GRANDS PAS
Totalement amateur au siècle dernier, il profite d'une popularité en plein essor: 7 % des pros dans le monde sont des femmes, le nombre de licenciées(160000en France, plus de 1 million en Allemagne) et de ses retransmissions télé croît. Sa professionnalisation avait commencé au début du siècle aux États-Unis, mais le modèle français, notamment grâce à l'OL du président Aulas, l'a dépassé. Les footballeuses évoluant en France sont aujourd'hui les mieux payées au monde, avec un salaire moyen annuel de 42188 euros... et un minimum aligné sur le smic.
LES CONTRATS FÉDÉRAUX DU RUGBY A la différence du basket, du hand ou du volley, il n'y a pas de professionnelles françaises de rugby, deuxième sport le plus rémunérateur chez les hommes, mais encore très neuf chez les femmes. Pour y remédier, la Fédération a annoncé cet été qu'elle comptait développer ce qu'elle a fait pour une poignée de joueuses à 7, en proposant des contrats à mi-temps à 26 internationales quinzistes.
LE COMBAT DES BASKETTEUSES US
La WNBA est la ligue féminine la plus rémunératrice au monde, devant le netball australien et la D1 de foot française. Mais les chiffres restent dérisoires par rapport à ceux de la NBA: 68000 euros par an en moyenne (35500 en salaire minimum) pour les femmes contre 5,7 millions pour les hommes ! Contraintes au cumul des jobs (la WNBA est une ligue d'été, beaucoup jouent aussi en Europe], elles ont réclamé cet été non pas les mêmes montants, mais les mêmes pourcentages des revenus générés par leur ligue: elles en touchent aujourd'hui 25 % contre 50 % pour les hommes.

Partenaires du TCFIA

 Allo Taxi  bloc CM 300 dpi quadri  CNR  ibisstyles niou  logo ligue84 (320)  le don du sang  Le Dauphine  logo gueze png  logo mutualia2x  Logo Precia Molen  logo melvita ardeche 349C nouveau  logo traiteur abrines  netto le teil  Ranc Davaine 2 jmi  Skodamti

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Nos soutiens

ffc logoLogo Auvergne Rhone Alpes Cyclisme  logo comite ardeche1  logo uci  Logo VCVRA NEW 2

07 logo quadri  logo lozere carre  logo partenaire region auvergne rhone alpes cmjn bleu gris  logo bleu departement Drome  Logo Region Occitanie  Logo VAUCLUSE RVB

Go to top